Accueil Notre offre Découvrir Open-Root Devis Les usages Contact La doc
fr | en
La doc

Petite histoire des racines ouvertes

Arpanet est entré en service en 1972, sans noms de domaines, et sans Web. Les seules adresses nécessaires à l’époque servaient au courriel et au transfert de fichier. L’Internet est apparu en 1983 avec TCP-IP et le DNS (annuaire des noms de domaine). L’annuaire des extensions contenues dans le DNS constitue la racine. Ce système a été conçu pour être unique dans l’internet. De ce fait l’enregistrement des noms de domaine, supervisé par la National Science Foundation, était un monopole mondial, qui percevait $100 par an pour un domaine de 2è niveau.

Lassés de ces tarifs qu’ils jugeaient abusifs et du choix très limité d’extensions, des entrepreneurs ont créé des sociétés privées pour la location d’extensions supplémentaires, p.ex. Alternic (1995), ou Pacific Root (1996). Plusieurs centaines d’extensions étaient offertes, comme art, biz, corp, free, sex, xxx. Ces racines indépendantes ont été qualifiées d’alternatives.

L’ICANN a été créé plus tard en 1998, avec un statut de société californienne sans but lucratif. À l’époque le gouvernement étasunien avait adopté une politique de privatisation du marché des noms de domaine afin de créer une compétition. Le rôle de l’ICANN était sensé limité à la coordination technique des autres organismes impliqués dans l’internet. En fait l’ICANN s’est octroyé la réglementation directe de la création et de la location des noms de domaine, devenant ainsi financièrement bénéficiaire de ses propres règlements.

Des registres (grossistes) furent créés pour gérer les domaines de 2è niveau, et des registreurs (détaillants) pour la distribution commerciale chez les utilisateurs. Une compétition réelle s’est développée entre registreurs et les tarifs sont rapidement descendus jusqu’à $10 ou moins par an. L’ICANN attribua à chaque registre la gestion d’une ou plusieurs extensions. À ce niveau la compétition était minimale : la société Verisign ayant bénéficié de .COM et .NET contrôle 85% de l’ensemble des domaines enregistrés dans les extensions génériques. Finalement l’ICANN ne s’est pas soucié d’ouvrir la totalité du marché à la compétition, et s’est attribué un monopole mondial contribuant à ses intérêts privés.

L’extension .BIZ était déjà offerte par plusieurs racines indépendantes quand l’ICANN a été créé. Pourtant en 2001 l’ICANN a introduit une autre extension .BIZ dans sa propre racine. Pendant plusieurs années .BIZ n’était pas unique dans l’internet. En fait l’ICANN, monopole auto-proclamé, ne s’est jamais soucié des autres racines existantes. En octobre 2012 Name Space, une racine indépendante, a déposé deux plaintes accusant l’ICANN de violation des lois antitrust et marques déposées. Elles ont été suivies presque aussitôt par deux autres plaintes, l’une d’Image Online Design, l’autre de Manwin Licensing International.

Il y a lieu de s’interroger sur les manières dont l’ICANN a établi sa dominance mondiale. À son origine en1998 la plupart des gouvernements étaient totalement ignorants du potentiel d’internet et n’auraient pas donné un rond pour un passe-temps ésoterique de noms de domaine. Les rares qui se posaient quelques questions étaient soumis à une pesante pression politique du gouvernement étasunien, et pour finir se sont ralliés à la création de l’ICANN. Mais pas la Chine.

En 2002, pendant la préparation du Sommet Mondial sur la Société de l’Information (SMSI) le monde s’est réveillé pour s’apercevoir que les USA contrôlaient tout l’internet. L’illégitimité de l’ICANN et bien d’autres pommes de discorde sont devenues des causes persistantes de désaccords actuels et durables.