Accueil Notre offre Découvrir Open-Root Devis Les usages Contact La doc
fr | en
Découvrir Open-Root

Tout savoir (ou presque) sur les racines ouvertes

Décryptage en 10 questions avec Louis Pouzin

1 - Qu’est-ce qu’une racine, dans l’internet ?

C’est un annuaire contenant des extensions (aussi appelées « TLD », Top Level Domain), comme : de, fr, uk, com, org. Chaque nom est unique dans une racine. À chaque nom est associée une (ou plusieurs) adresses IP.

Le rôle de cet annuaire est de fournir à un internaute (en général à son navigateur) une adresse IP d’un sous-annuaire contenant la suite du nom de domaine.

Exemple : finances.gouv.fr

  • a- la racine donne l’adresse IP de l’annuaire fr,
  • b- l’annuaire fr donne l’adresse IP de l’annuaire gouv,
  • c- l’annuaire gouv donne l’adresse IP de l’annuaire finances,
  • d- l’annuaire finances donne l’adresse IP du site recherché.

La racine est la première étape dans la recherche du site final. Elle ne contient que des extensions de type TLD et les adresses IP associées.

2 - Y a-t-il plusieurs racines dans l’internet ?

L’ICANN, monopole autoproclamé, ne connait qu’une seule racine, dont la société Verisign assure le fonctionnement, par contrat avec le Département du Commerce (DOC) étasunien. Toute modification de cette racine doit être approuvée d’abord par l’ICANN, puis par le DOC.

En réalité il existe de nombreuses racines créées par d’autres organismes, pour permettre aux internautes d’utiliser des sites dont, pour diverses raisons, les extensions n’existent pas dans la racine ICANN.

3 - Qu’est-ce qu’une racine ouverte ?

C’est une racine indépendante de l’ICANN, donc du DOC, créée par des organismes privés, pour des utilisateurs refusés par l’ICANN, ou bien refusant les conditions imposées par l’ICANN.

4 - Quels sont les utilisateurs de racines ouvertes ?

En premier, des marques ou des personnes ne pouvant verser à l’ICANN les montants demandés à 6 chiffres pour la location et la maintenance d’une extension.

Ensuite, les opérateurs ou fournisseurs de services web désirant créer leur propre modèle économique dans des territoires à faible connectivité (Afrique, Asie, etc.). A partir d’une extension de leur marque ou produit ils peuvent distribuer un service en faisant bénéficier leurs clients de connexions locales.

Un autre exemple d’utilisateurs est celui de citoyens de pays non officialisés par l’ONU, ou dont le ccTLD (extension Pays) dans leur langue est contesté ou mis en sommeil par l’ICANN, en contradiction avec l’Agenda de Tunis (Sommets Onusien sur l’internet de 2003 et 2005 à l’issue desquels un document a été approuvé par les États membres, et qui est la base actuelle de la gouvernance d’internet).
Voir le site du SMSI

Dans d’autres cas il s’agit de protéger des extensions contre la censure de gouvernements autoritaires, ou la saisie sans jugement par le ministère de l’Intérieur (DHS) étasunien, ou encore simplement de se soustraire à l’écoute systématique et à la revente par Verisign des accès à la racine ICANN.

A noter qu’aucune racine n’offre des services d’hébergement de site (courriel, forum, archive, etc.), leur rôle est limité à la conversion (résolution, en geek) d’une extension en adresse IP.

5 - Les sociétés commerciales font-elles usage de racines ouvertes ?

En fait, elles ne sont pas clairement identifiées car elles utilisent les racines ouvertes pour leur caractère furtif, en remplacement ou en plus d’un extranet. Mais en général les sociétés commerciales acceptent les conditions de l’ICANN car elles pensent qu’il n’y a pas d’alternative et elles se contentent d’un sous-domaine en com, net, info, ou autre. Cependant Google (et Chrome) utilise leur propre racine (copie de la racine ICANN) dont une est l’adresse IP 8.8.8.8 ou 8.8.6.6.

La donne a changé avec la toute nouvelle politique d’extension des domaines par l’ICANN (annoncée en 2008 mise en œuvre en 2012-2016). Toute chaîne de caractères pouvait alors être déposée pour obtenir une extension (avec certaines restrictions) et pour une somme élevée (85 000$).

Cette nouvelle politique est loin d’être bienvenue par les détenteurs de marques, qui craignent une explosion de cas litigieux et de pratiques malveillantes. L’ICANN est néanmoins passée outre à leurs réserves. Du fait des coûts élevés de location d’une extension, et des délais d’enregistrement de plusieurs années, il est prévisible que les racines ouvertes deviendront attrayantes pour les sociétés commerciales, en complément ou en substitution à la racine ICANN.

6 - Pourra-t-il exister plusieurs extensions identiques ?

Par exemple "Mont-Blanc", pour yaourt, stylo ou lieu géographique. Ce sera possible à condition de les enregistrer dans des racines différentes.

7 - Comment pourra-t-on distinguer des extensions identiques ?

Dans le cadre de l’ICANN, des noms comme : tube.com, tube.net, tube.org, etc. permettent en principe de distinguer des domaines différents pour un même nom.

Dans le cadre des racines ouvertes, s’il y a plusieurs .tube, on les distinguera selon la racine que l’on a préalablement activée.

8 - Comment activer une racine ouverte ?

En l’absence de choix de l’internaute la racine activée par défaut sur tous les PC est celle de l’ICANN.

Lorsque la racine ouverte est implémentée par un administrateur réseau d’une société, un FAI ou par un réseau privé, l’activation d’une racine ouverte ne demande aucune intervention des internautes.

Dans un ordinateur individuel l’installation peut être réalisée par un clic sur un installateur ou par le suivi d’instructions techniques que l’on trouve très facilement sur Google (de très simple sur IPad, IPhone, à plus complexe dans Windows).

Il est permis de penser que des versions ultérieures de navigateurs prendront acte de l’usage des racines ouvertes, et proposeront un menu de choix de racines.

9 - Comment pourra-t-on désigner une racine ?

Soit par l’une de ses adresses IP, soit par un sobriquet choisi par l’utilisateur, comme dans le répertoire d’un téléphone mobile.

10 - Y a-t-il un nombre maximum de racines ouvertes ?

Autant qu’il y a d’adresses IP (v4 ou v6) disponibles, donc des milliards.